Comment faire des fiches (vraiment) efficaces ?

 

Rédiger une fiche répond à certains impératifs, qui assurent à l’étudiant qui les respecte un gain de temps considérable. La condition élémentaire est de ne pas y consacrer un temps démesuré : il faudrait se limiter à 2 ou 3 heures pour ficher un cours. Au-delà, l’apprentissage de ce cours est compromis. En effet, il ne vous est pas possible de passer un temps disproportionné pour réaliser une fiche car ce débordement pourrait alors impacter votre travail des autres matières.

Cette mise en garde faite, il ne reste plus qu’à bénéficier des nombreux avantages que l’on retire à travailler son cours en réalisant ses fiches. Ce travail peut être facilité par des ouvrages qui pourront vous aider à comprendre certaines notions complexes.

La première fonction des fiches est de favoriser l’apprentissage, et ce à plusieurs niveaux. En effet, vous commencez à apprendre en concevant et réalisant la fiche, puis vous poursuivez cet apprentissage en la relisant pour, petit à petit, retenir toutes les notions.

Cet apprentissage sur la fiche est favorisé par 3 éléments.

Elles assurent une mise en forme qui VOUS correspond

Dans l’apprentissage, il n’y a pas de recettes universelles. Chacun présente ses propres chemins mentaux qui lui permettront de retenir les informations. C’est pourquoi l’utilisation des couleurs, des flèches, des encadrés, ou du surlignage, sont autant d’outils permettant de faire ressortir l’information et de ce fait, de la retenir plus facilement.

Voici quelques conseils pour choisir une mise en forme adaptée

Faites ressortir le plan

N’oubliez pas que le plan, c’est la structure de votre cours, c’est elle qui va vous aider à retrouver l’information une fois qu’elle aura été stockée. Donc, utiliser des couleurs pour mettre en évidence les titres est une technique qui vous aidera à apprendre ET à répondre aux QCM.

Adoptez un code de couleur, et respectez-le

Il vous faut définir des couleurs pour les différents éléments de vos fiches. Par exemple :

  • les grands titres en vert,
  • les sous-titres en bleu,
  • les mots clés en rouge,
  • les explications « annexes » au crayon.

Une fois ce code de couleur défini, ne le changez plus. Cela vous permettra de repérer en un coup d’œil les différents aspects de votre fiche, et donc de faciliter son apprentissage. De plus, si vous avez une mémoire visuelle, vous pourrez vous souvenir plus facilement des notions apprises, en vous remémorant leur emplace- ment et/ou leur couleur dans votre fiche.

Surlignez les passages importants

Les notions qui ont le plus de chances de tomber au concours (cela se détermine par une analyse des annales) devront être mises en évidence. C’est aussi une étape de sélection de l’information, car mettre en évidence de cette façon celles qui sont les plus cruciales vous oblige à hiérarchiser votre travail, et donc à ne négliger aucune notion fondamentale.

Elles mettent en pratique des moyens mnémotechniques

Les moyens mnémotechniques sont très utilisés en PACES lorsque vous avez besoin de retenir des notions complexes qui s’agencent dans un ordre précis, qui ont un lien de cause à effet entre elles, ou qui s’organisent en listes.

On peut utiliser différents types de moyens mnémotechniques. Les exemples ci- dessous sont tirés du blog de Tristan, étudiant en médecine à Lille qui livre ses astuces pour réussir21.

Technique de l’acrostiche

Elle consiste à faire un mot avec les initiales des noms à se rappeler. C’est le moyen mnémotechnique le plus classique, que vous avez probablement déjà mis en pratique au lycée.

Notion à retenir Moyen mnémotechnique
1ère période : H et He Halo d’hélice
2ème période :
Li Be B C N O F Ne
Lili Berce Bébé Chez Notre Oncle Ferdinand Nestor
3ème période :
N Mg Al Si P S Cl Ar

Napoléon Mangea Allègrement Six Poulets Sans Claquer d’Argent

Technique de l’association

Elle consiste à associer tous les mots et les noms que vous voulez avec d’autres similaires mais qui ont l’avantage d’être beaucoup plus faciles à se rappeler.

Notion à retenir Moyen mnémotechnique

Ménisque médial (Interne) en forme de C

CItrOEn

Ménisque latéral (Externe) en forme d’O

Technique de l’analogie phonétique

Vous devez penser à un ou plusieurs mots qui ont une sonorité proche.

Notion à retenir Moyen mnémotechnique

Leucine, Thréonine, Lysine, Tryptophane, Phénylalanine, Valine, Méthionine, Isoleucine

Le très lyrique Tristan fait vachement méditer Iseult

Technique à la lettre

Vous devez repérer les lettres identiques.

Exemple

En disciplines biologiques

Déficit en AcétyLcholine impliqué dans la maladie d’ALzheimer

Déficit en doPAmine impliqué dans la maladie de PArkinson

Technique de l’alphabet

La 1ère lettre d’une notion à mémoriser doit suivre dans l’alphabet, la lettre de la seconde notion.

Notion à retenir Moyen mnémotechnique

Non-disjonction en 1ère division amène à une hétérodisomie

« a b c d e f g H I » : Le H se place avant le I
d’où H = 1ère division et I = 2ème division

Non-disjonction en 2ème division amène à une isodisomie

Pour être pleinement performant, le moyen mnémotechnique doit revêtir plusieurs caractéristiques.

  • Il doit être simple à retenir : s’il est plus compliqué à retenir que la notion elle- même, il a peu d’intérêt !
  • Il doit faire appel à des éléments qui vous sont familiers : cela favorisera votre apprentissage.
  • Il doit vous être personnel : n’hésitez pas à laisser libre cours à votre imagination pour trouver les techniques les plus efficaces. Certains moyens, très orientés sous la ceinture et ne pouvant donc pas être retranscrits ici, ont permis à leurs auteurs de retenir facilement des notions complexes…

À vous de trouver les techniques les plus originales et efficaces, qui vous feront gagner un temps précieux.

Faites attention quand même à ne pas passer trop de temps à trouver vos moyens mnémotechniques : parfois, il est plus rapide d’apprendre directement la liste à retenir !

Elles permettent une compréhension approfondie du cours

En travaillant sur la conception des fiches, vous mettrez en lumière tous les éléments qui ne sont pas complètement clairs. Ainsi, la conception de la fiche sera l’occasion de chercher à comprendre tous ces points obscurs. Pour cela, vous pourrez demander de l’aide à vos tuteurs, à vos camarades de promo (de confiance… n’oubliez pas qu’il s’agit d’un concours) ou aux enseignants de votre écurie si vous en avez une.

 À retenir

Le concours de médecine s’éloigne de plus en plus du « tout par cœur ». Les QCM posés imposent une compréhension approfondie du cours, favorisée par un travail de fond sur des fiches pertinentes.

Au final, la fiche que vous produirez ne sera pas une retranscription exacte du cours enseigné par le professeur, mais un cours digéré, permettant à la fois une compréhension et un apprentissage performants.

Elles vous permettent de faire des liens

Au concours, bien que cela dépende à la fois des matières et des universités, il vous est demandé d’être capable d’établir des liens entre les différents chapitres d’une même matière.

Les QCM de compréhension sont de très loin les plus redoutés par les étudiants, car ils ne se contentent pas d’un apprentissage, même approfondi, des cours. Il faut ici être capable d’établir des liens, et de mener à bien un raisonnement scien- tifique.

Or il est impossible de réaliser cet exercice le jour du concours si l’on n’y a pas été spécifiquement préparé.

Cette préparation commence dès la conception de la fiche. Si vous réalisez que le professeur fait un aparté pour revenir sur un point qu’il a déjà présenté dans des cours antérieurs, il sera judicieux de reprendre cet aparté (en résumé, puisque la notion a déjà été abordée) dans un encadré. Ainsi lors de votre apprentissage, vous penserez à revoir le point précédent.

À retenir

Au concours, vous aurez parfois des QCM qui nécessitent des liens entre les chapitres, mais jamais entre différentes matières, ni entre différentes UE.

De même, si vous voyez un lien entre 2 chapitres, ou entre 2 notions d’un même chapitre, n’hésitez pas à le mettre en évidence (même s’il n’a pas été souligné par le professeur). Cela facilite votre apprentissage car vous pourrez « raccrocher » la notion nouvelle à une plus ancienne, déjà acquise.

Enfin, les professeurs de faculté ont parfois tendance à oublier qu’ils parlent à des néophytes. Ils négligent souvent de définir les mots qu’ils manipulent couramment et qui leur semblent évidents. Il vous appartiendra alors d’ajouter la définition directement sur la fiche, et si besoin, de la reporter sur un calepin qui vous servira de lexique, aisément consultable.

PS : Certains exemples ont été tirés du site « le blog de Tristan », que vous trouverez à cette adresse : http://blog.letudiant.fr/paces-passer-primant/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *